1.1 C’est quoi l’exposition photo

Cours théorique : comprendre l’exposition photo

Un appareil photo, comment ça marche?

Capteur, obturateur, diaphragme… Mais que se cache t’il donc derrière ces mots savants?

Pour bien comprendre comment fonctionne l’exposition d’une photo, retour sur les grands principes du fonctionnement d’un appareil photos, et même de la photo.

Retour aux sources : la pellicule photo

Avant, il y avait la pellicule. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, hors passionnés et nostalgiques, les appareils numériques ont remplacé les argentiques, et le capteur électronique la pellicule. Et pourtant, le concept n’a pas changé.

Une photo, c’est quoi?

Une photo, c’est quoi ? Derrière cette question semblant sorti d’un livre pour enfant, se cachent des concepts pas si évidents… Connaissez-vous par exemple les points communs entre une pellicule photos et un capteur d’appareil photos numérique ? Rappelons ci-dessous les grands principes de la photographie.

Une photo, c’est une impression de la lumière sur un support sensible… à la lumière. Par l’objectif de l’appareil, rentre de la lumière, correspondant à l’image photographiée. Cette lumière est ainsi envoyée sur un support sensible qui va réagir, et s’imprégner de la quantité, et de la couleur, de la lumière reçue.

  • En argentique – vous vous souvenez, les appareils photos sans écran derrière :), la lumière impacte la pellicule. Cette pellicule est chimiquement sensible à la lumière et s’imprègne de celle ci proportionnellement à la quantité reçue. L’image photographiée est donc directement enregistrée, chimiquement, sur la pellicule.
  • En numérique, la lumière impacte le fameux capteur photos, électroniquement sensible à la lumière, permettant d’enregistrer celle-ci sur un support numérique (la carte mémoire).

Argentique, numérique, 2 générations de l’histoire de la photographie, qui fonctionnent finalement de manière identique. Seul le support sensible change.

Vous avez dit sensible?

Ce support sensible est plus ou moins… sensible à la lumière. C’est ce que l’on appelle la sensibilité. Plus le support est sensible, moins il a besoin de lumière pour être imprégné. Nous en reparlerons.

Analogie

Avez-vous déjà utilisé des bombes de peinture ? Illustrons le concept d’exposition via l’analogie suivante :

  • La lumière arrivant à l’objectif est représentée par le spray de peinture envoyée de manière permanente par la bombe sous pression.
  • L’objectif de l’appareil est interprété comme un tube entonnoir laissant passer une partie du spray de peinture.
  • Le support sensible (capteur, pellicule), sera compris comme une simple feuille de papier, que l’on va placer un certain temps au bout du tube, recevant ainsi une partie du spray de peinture.

session-technique-photo-bombe-peinture

On comprendra ainsi que :

  • Plus la bombe de peinture est puissante, et le spray intense, plus la quantité de peinture entrant dans le tube est importante. C’est la même chose avec la lumière entrant dans l’objectif.
  • Plus le tube est large, plus il laissera passer une quantité importante de peinture. Nous verrons que c’est la même chose avec l’ouverture d’un objectif photo.
  • Plus la feuille sera placée longtemps au bout du tube, plus elle recevra de peinture. Nous découvrirons ce concept d’obturateur, et de temps d’ouverture.

Alors, un appareil photo, ca sert à quoi dans tout ca?

Le saviez vous : la quantité de lumière arrivant à votre appareil en plein soleil est environ 15.000 fois supérieure à celle d’un simple éclairage d’intérieur en soirée.

Et pourtant, la sensibilité du capteur, nous le verrons plus loin, varie très peu. Que vous soyez en pleine soleil l’été à midi, ou à la lumière d’une bougie, la quantité de lumière attendue par le support sensible est la même ! Alors comment faire ?

C’est le travail n°1 de l’appareil photo : faire en sorte que la bonne quantité de lumière arrive sur ce support sensible (capteur ou pellicule). Trop de lumière, c’est une photo trop claire, voir blanche. On dit qu’elle est sur exposée (=trop exposée). Pas assez de lumière, c’est une photo trop sombre, voir noire. On dit qu’elle est sous exposée (=pas assez exposée).

Votre appareil photos est ainsi un vrai héros, qui laisse passer l’exacte quantité de lumière, quelques soient les conditions, soleil ou lampe de poche!

Revenons à notre spray de peinture. Imaginons que nous ayons 2 bombes : une professionnelle, capable de recouvrir un mur de 20m2 en quelques secondes, et une deuxième servant à repeindre des petits objets. La première est ainsi 1000 fois plus puissante que la seconde. Pour chacune, nous allons ainsi devoir trouver la bonne combinaison : taille de tube,  durée pendant laquelle la feuille est exposée derrière le tube, et sensibilité de la feuille, pour avoir la bonne quantité de peinture dans les 2 cas. C’est ce que fait votre appareil photo, en mode automatique, à chaque fois que vous déclenchez !

Il est fort votre appareil… mais ne soyez pas si impressionné : c’est bientôt vous même qui effectuerez les réglages de votre exposition photos, à travers le fameux mode manuel! Chaque chose en son temps.

Comment fonctionne mon appareil pour gérer l’exposition…

Toujours laisser passer la bonne quantité de lumière… une tâche qui paraît bien compliquée… et bien pas tant que ça! Explication. Pour maîtriser cette quantité de lumière, l’appareil joue finalement principalement avec 2  paramètres :

  • L’ouverture de l’objectif.
  • Le temps d’ouverture de l’obturateur.

L’ouverture de l’objectif est maîtrisée grâce au diaphragme : des sortes de volets, dans l’objectif, qui laissent une ouverture plus ou moins grande, comme illustré ci dessous :

  • Diaphragme ouvert

session-technique-photo-diaphragme-grand-ouvert

  • Diaphragme légèrement ouvert

session-technique-photo-diaphragme-ouvert

  • Diaphragme fermé

session-technique-photo-diaphragme-ferme

La quantité de lumière passant dans l’objectif est ainsi nettement plus élevée dans le premier exemple que dans le dernier.

Cette vidéo illustre le concept :

Le temps d’ouverture est maîtrisé grâce à l’obturateur : un volet derrière l’objectif, mais devant le support sensible, va s’ouvrir pendant la durée calculée pour laisser passer la bonne quantité de lumière :

  • obturateur ferme

session-technique-photo-obturateur-volet-ferme

  • obturateur ouvert

session-technique-photo-obturateur-volet-ouvert

Au déclenchement de la prise d’une photo, le volet de l’obturateur s’ouvre ainsi, pour laisser passer la lumière, pendant une certaine durée (allant de plusieurs secondes à 1/8000 de secondes!).

Vidéo illustrant le principe de l’obturateur :

Tout est clair?

Vous suivez? Si certains points évoqués restent obscurs, direction le forum de questions réponses. Ces notions théoriques de fonctionnement vous seront en effet bien utiles pour la compréhension de la suite du cours…

Alors, c’est quoi l’exposition d’une photo?

L’exposition d’une photo, c’est ça :

Limpide ! Bien sur, non. Alors détaillons.

L’exposition d’une photo correspond à la quantité de lumière reçue par le capteur de votre appareil au moment où vous déclenchez. Trop de lumière = une photo trop claire. Pas assez de lumière = une photo trop sombre.

Elle dépend de 3 paramétrages de l’appareil au moment de la prise :

  • La sensibilité du capteur. Elle est exprimée en ISO ou ASA. Plus le capteur est sensible, moins il a besoin de lumière pour être imprégné. Exemple : 100 iso = capteur très peu sensible, 3200 iso = capteur très sensible.
  • L’ouverture de l’objectif: plus l’objectif est ouvert, plus il laisse passer la lumière. L’échelle permettant de quantifier la taille de l’ouverture du diaphragme est un peu compliquée, elle s’exprime sous la forme d’un rapport f/x : f/8, f/16, f/2.8, f/5.6. Pour une « ouverture de f/2.8 », on pourra plus simplement dire « ouverture 2.8 ». Nous ne rentrerons pas dans le détail de l’explication du « f/ », sans intérêt à ce niveau. Retenez simplement que, pour faire simple, plus le chiffre est petit, plus l’ouverture est grande. Exemple : f/1.8 = objectif très ouvert, f/8 = objectif peu ouvert (laissant passer peu de lumière)
  • le temps d’ouverture: la durée pendant laquelle la lumière arrive au capteur. Elle s’exprime naturellement en milliseconde, dixième de seconde, ou seconde. Plus l’objectif est ouvert longtemps, plus la quantité de lumière qui rentre est élevée. Exemple : 1/4000s (1 quatre millième de seconde) = temps d’ouverture très court, 1/10s (1 dixième de seconde) = temps d’ouverture relativement long.

Au final, l’exposition de votre photo correspond au paramétrage de la quantité de lumière qui va imprégner votre capteur.

Récapitulatif des 3 paramètres

SENSIBILITÉ 100 iso : capteur très peu sensible 3200 iso : capteur très sensible
OUVERTURE f/22 : diaphragme très fermé f/1.4 : diaphragme très ouvert
TEMPS D’OUVERTURE 1/8000 secondes : temps d’ouverture très rapide 1 seconde : temps d’ouverture très long

 Help, je perds le fil!

Nous venons d’aborder la partie critique de ce module : beaucoup d’informations, d’un coup, qu’il va falloir assimiler. Il fallait passer par là.

Notre objectif va maintenant être de vous familiariser avec ces 3 paramètres (sensibilité, ouverture, temps d’ouverture). Vous vous y perdez? Pas de panique, c’est normal. Nous allons vous accompagner dans la bonne compréhension et la maîtrise approfondie de ces notions techniques.

Première étape  : rien de tel qu’une mise en pratique.

Mise en pratique

Gardez ce tableau sous les yeux. Munissez vous de votre appareil photos, et passez en mode visualisation de vos photos (icône en triangle, type « lecture »). En appuyant sur la touche « flèche haut », « display » ou « i », selon les appareils photos, vous accéderez, pour chaque photo, à un écran d’informations. Vous y trouverez classiquement l’affichage des 3 paramètres (sensibilité, ouverture, temps d’ouverture) réglés par l’appareil au moment de la prise de vue :

session-technique-photo-ecran-info

session-technique-photo-ecran-info-detail

Sur cette exemple, nous pouvons ainsi lire que que pour cette photo, les réglages d’exposition ont été paramétrés à :

  • temps d’ouverture : 1/26s (une seconde divisée par 26)
  • ouverture du diaphragme : f/4
  • sensibilité (du capteur) : 3200 iso

Balayez ainsi vos photos pour bien repérer, pour chacune d’entres elles, le réglage des 3 paramètres d’exposition. Commencez à vous familiariser avec l’échelle des 3 paramètres. Pour chaque photo, posez-vous la question :

  • quelle est la sensibilité ? La valeur correspond elle à un capteur très sensible ou peu sensible ?
  • quelle est l’ouverture ? Le paramétrage correspond il à une grande ou petite ouverture ?
  • quel est le temps d’ouverture ? Le durée affichée est elle plutôt rapide ou lente ?

Des questions? Directions le forum de questions réponses. Pensez également à jeter un œil aux autres discutions, et pourquoi pas y participer!

Continuons notre apprentissage, et pour mieux comprendre ces 3 paramètres d’exposition, nous vous proposons une nouvelle analogie.

L’exposition d’une photo, c’est comme le bronzage de la peau

Pour mieux comprendre, rien de tel qu’une nouvelle analogie.  A chaque prise de photo, vous pouvez ainsi considérer que le capteur de votre appareil est dans la même position que votre peau lors d’une séance de bronzage. Le capteur, comme votre peau, doivent être correctement exposés.

L’exposition d’une photo = l’exposition de votre peau au soleil. Dans le cas d’une exposition trop faible, votre peau, comme le capteur de votre appareil photo, n’auront pas reçu assez de lumière. A l’inverse, une exposition trop forte va « cramer » votre photo, ainsi que votre peau…

Les 3 paramètres influant sur l’exposition de vos photos peuvent ainsi être comparés :

  • La sensibilité du capteur: c’est la sensibilité de votre peau. Diminuer la sensibilité du capteur = mettre de la crème solaire sur votre peau.
  • Le temps d’ouverture: c’est le temps d’exposition de votre peau au soleil. Temps d’exposition trop long = votre peau est cramée.
  • L’ouverture de l’objectif: ce sont les nuages. Objectif fermé = des nuages diminuent la quantité de soleil arrivant à votre peau.

Des exemples d’exposition…

Étudions ensemble les 2  exemples ci-dessous pour illustrer ces cas concrets d’exposition :

  • CAS 1 : Une mariée en plein soleil.

C’est l’été, en extérieur, la robe blanche de votre mariée baigne dans la lumière du soleil. La quantité de lumière arrivant vers votre appareil est énorme, une telle photo sera typiquement exposée avec les paramètres suivants :

  • sensibilité : 100 iso. Le capteur est peu sensible, il a besoin de beaucoup de lumière pour être imprégné.
  • ouverture : f/8. Objectif fermé, ne laissant passer que très peu la lumière.
  • temps d’ouverture : 1/1000s (1 seconde divisée par 1000). La durée pendant laquelle la lumière arrive au capteur est très courte.
  • CAS 2 : Une photo intérieure en soirée.

Votre sujet n’est éclairé que par l’éclairage intérieure de la pièce, la quantité de lumière arrivant à l’appareil est extrêmement faible.

  • sensibilité : 1600 iso. Capteur très sensible, il a besoin de peu de lumière.
  • ouverture : f/2.8. Grande ouverture de l’objectif, qui laisse passer le plus possible de lumière.
  • temps d’ouverture : 1/60s (1 soixantième de seconde). Temps d’ouverture relativement long.

Tableau de références

Pour vous donner des repères, voici un tableau illustrant 5 situations typiques de photographie, ainsi que les paramétrages associés classiquement :

Sensibilité Ouverture Temps d’ouverture
Plein soleil le midi 100 iso f/8 1/2000s
Extérieur soleil voilé 200 iso f/5.6 1/800s
Intérieur en journée 400 iso f/3.5 1/200
Intérieur en soirée 1600 iso f/2.8 1/60s
Eclairage à la bougie 3200 iso f/1.4 1/10s

Mise en pratique

Reprenez votre appareil photo, et balayez à nouveau vos photos en « mode information » . Pour chaque photo, faites les liens entre les conditions lumineuses, et le paramétrage de la photo :

  • les conditions étaient elles très lumineuses (soleil, lumière extérieure) ou peu lumineuse (coucher de soleil, intérieur…)
  • Comment l’appareil a-t-il réagi à ces conditions ? Comment à t’il adapté le paramétrage pour y faire face ?

C’est plus clair?

A ce stade du cours photo, les 3 paramètres de gestion de l’exposition d’une photo doivent être assimilés. Vous devriez ainsi :

  • connaître le rôle et la signification de l’ouverture du diaphragme, du temps d’ouverture et de la sensibilité.
  • commencer à maîtriser l’échelles de valeurs de ces 3 paramètres.

Vous n’êtes pas tout à fait à l’aise?

  • Reprenez la lecture de ce cours depuis le début. Posez vous la question à la fin de chaque paragraphe : est ce parfaitement limpide?
  • Dans le cas contraire, posez vos questions sur le  forum de questions réponses
  • Parcourez les autres discussions du  forum de questions réponses, vous pourrez ainsi vous imprégner des expériences des autres participants.

Pour aller plus loin : vos premiers choix d’exposition

Il y a mode automatique, et mode automatique…

La plupart des appareils photos, hors compact bas de gamme, proposent plusieurs modes automatiques.

session-technique-photo-modes-auto

  • Le mode tout automatique, souvent illustré par un icône d’appareil photos vert (parfois rouge) : l’appareil fait tout, vous ne choisissez absolument aucun réglage d’exposition, ni même l’utilisation ou non du flash.
  • Le mode automatique partiel, souvent libellé « P » : l’appareil gère automatiquement l’ouverture du diaphragme, et le temps d’ouverture. C’est à vous, par contre, de paramétrer la sensibilité du capteur (et l’utilisation du flash)

Ce dernier mode est intéressant. Il va vous permettre d’aborder l’exposition de vos photos en faisant un premier choix, celui de la sensibilité.

Comment choisir la sensibilité

Le choix de la sensibilité du capteur est le résultat d’un croisement entre les 2 contraintes suivantes :

  • Plus la sensibilité est élevée, plus court sera le temps de pose, et le risque de flou de bougé diminué.
  • Plus la sensibilité est élevée, moins « propres » seront vos photos. A l’utilisation des hautes sensibilités de votre appareil (800 iso, 1600 iso, 3200iso), vous verrez ainsi apparaitre du « bruit » sur vos photos, les couleurs seront moins respectées, les zones d’ombres et de hautes lumières moins détaillées… bref, la qualité intrinsèque de votre capteur est inversement proportionnelle à la sensibilité.

Le choix de la sensibilité est ainsi un équilibre entre une sensibilité :

  • assez élevée pour limiter le temps d’exposition, et donc le flou
  • pas trop élevée pour garder de la qualité d’image.

On distinguera ainsi les 3 principaux cas suivants :

  • Photos en extérieur ensoleillé : réglez votre sensibilité à 100 ou 200 iso (peu sensible)
  • Photos en extérieur voilée, ou intérieur lumineux : sensibilité à 400 ou 800iso
  • Photos en soirée : suivant les capacités de votre appareil, sensibilité à 1600 iso ou plus (très sensible)

La sur et sous exposition d’une photo

Comprendre les principes d’exposition c’est bien, mais pour quoi faire? Cela vous sera bien utile pour les cours sur l’utilisation des modes semi automatiques, et du mode manuel de votre appareil photos. En attendant, voici un exemple concret d’utilisation de la notion d’exposition à travers le mode automatique de votre appareil : la surexposition, et la sous-exposition volontaires des photos.

Principe de la sur et sous exposition

Surexposer volontairement une photo consiste à indiquer à votre l’appareil, au moment de la prise de vue, que vous souhaitez que l’exposition de votre photo, donc la quantité de lumière utilisée, soit supérieure à celle calculée par défaut par l’appareil. Vous demandez ainsi à votre appareil de réaliser une image plus « claire ».

Sous-exposer une photo, vous l’aurez deviné, c’est l’inverse.

Comment sur ou sous exposer mes photos?

Le paramétrage de la sous et surexposition est normalement assez simple, mais dépend de votre boitier. 3 possibilités :

  • vous bénéficiez d’un bouton dédié sur votre boitier, sur lequel vous trouverez un icône de ce type :

 session-technique-photo-surexposition

  • la sur et sous exposition est gérée via le menu de l’appareil. Nous vous invitons dans ce cas à lire votre manuel…
  • votre appareil ne propose pas la sur et sous exposition des photos. C’est le cas des compacts bas de gamme dédiés à une utilisation « tout auto ».

Vous ne trouvez pas ? Posez nous la question sur le forum de questions réponses

Pourquoi surexposer ou sous-exposer une photo…?

Mais pourquoi donc surexposer ou sous-exposer vos photos? Pourquoi ne pas faire confiance à mon appareil photo pour gérer l’exposition de mes photos? Mon appareil photos n’est il pas fiable ?

La sur et sous exposition se révèlent utiles dans les 2 principaux cas suivants :

  • pour faire des choix « artistiques », ou tout au moins esthétiques. Votre appareil vous donne sa version de l’exposition, pourquoi ne pas choisir la votre ?
  • nous étudierons les raisons un peu plus loin : votre appareil n’a finalement pas tout les informations nécessaires pour déterminer l’exposition, et il peut se tromper. Il est donc parfois nécessaire de corriger son calcul.

Exemple de sous exposition

Sous-exposer une photo, c’est donc faire le choix de se démarquer de l’exposition par défaut calculée par l’appareil. Pourquoi ?

Exemple :

session-technique-photo-sous-exposition-1Exposition de l’appareil par défaut
session-technique-photo-sous-exposition-2Même photo sous exposée

La première photo représente ainsi l’exposition calculée naturellement par l’appareil photo. Les rochers, en contre jour, et donc peut éclairés, obligent l’appareil à exposer un peu plus la photo. Le ciel se trouve ainsi légèrement surexposé (trop clair). J’ai ainsi choisi de sous-exposer cette photo de 2 IL, dont nous verrons bientôt la signification. Les rochers se trouvent ainsi légèrement sombres. Mais la photo montre ainsi, à mon goût, plus de caractère, avec un ciel plus « dramatique ».

Vous préférez la première photo? Pas de soucis, question de goût! D’où l’intérêt de faire son propre choix d’exposition…

Exercices de mise en pratique

La théorie, c’est bien, avec la pratique, c’est mieux! Le prochain chapitre vous proposera ainsi de mettre en application vos nouvelles connaissances à travers différents exercices.

Aidez-nous à vous aider

Ce cours vous plaît? Nous l’espérons!

Vous proposez des cours clairs, illustrés, complets, pédagogiques, bref, des cours efficaces demande un gros travail. Si vous êtes satisfait, pour nous aider, n’hésitez pas à partager votre expérience autour de vous et sur les réseaux sociaux…

Partagez votre expérience sur facebook.

Nous vous en serions extrêmement reconnaissant! Par avance, merci!

Moi, je ne suis pas satisfait…

Et dans le cas contraire, bien sûr, venez nous faire part de vos remarques sur le forum de discussions. Nous mettrons tout en oeuvre pour optimiser nos cours.

Exercices de mise en pratique

Exercice 1

Prenez des photos en contextes de luminosité variés :

  • Extérieur en journée ensoleillée
  • Extérieur en journée « grise »
  • Extérieur en fin de journée
  • Extérieur de nuit
  • Intérieur en journée
  • Intérieur en soirée

Pour chaque situation, essayer de deviner au préalable les réglages que va effectuer votre appareil, puis vérifiez. Si vous êtes à coté de la plaque, recommencez ! 🙂

Exercice 2

Contexte : en soirée, conditions de lumière d’intérieure classiques.

Réglez votre appareil sur le mode P ou équivalent (automatique, avec sensibilité manuelle). Réalisez un même portrait à différentes sensibilités : 1600iso, 800iso, 400 iso, 100 iso. Constatez, pour chaque résultat :

  • Le temps d’exposition paramétré par l’appareil
  • Le potentiel flou de bougé
  • La qualité, des ombres notamment (à regarder sur grand écran)

Exercice 3

Portrait à contre jour et surexposition.

Contexte : en extérieur, profitez d’une journée ensoleillée.

Placez votre modèle à contre jour comme illustré ci-dessous (vue de dessus) :

session-technique-photo-modele-contre-jour

Le modèle reste face à vous. Cadrez votre photo afin d’intégrer une bonne partie de ciel derrière votre modèle :

session-technique-photo-modele-contre-jour-2

  • Réalisez une première photo en mode tout automatique.
  • Réalisez une deuxième série de la même photo
    • en mode automatique partiel (P)
    • en surexposant, plus ou moins, au préalable votre photo

Que constatez vous? Venez partager le résultat sur le forum de discussion dédié.

L’explication, du pourquoi et du comment du résultat de cette expérience sera réalisée dans les modules suivants…

Conclusion : ce que vous avez appris

Vous arrivez au terme du premier module théorique de la session sur la technique photo. Vous avez ainsi appris :

  • le principe, et les 3 paramètres de l’exposition photo
  • la signification de la sensibilité
  • la signification de l’ouverture du diaphragme
  • la signification du temps d’ouverture
  • comment et pourquoi sur et sous exposer des photos

Certains aspects restent à éclaircir ? Re-parcourez le cours, et si vos doutes persistent, direction le forum de discussion.

Si tout vous semble clair, vous pouvez passer le test de validation de vos nouvelles compétences!

Pour aller plus loin

Comprendre l’exposition photo, c’est bien, c’est même essentiel pour aborder la photographie. Mais ce n’est pas une finalité.

Comprendre l’exposition photo est un prérequis à l’utilisation des fameux modes semi automatiques, et du mode manuel de votre appareil photos. Ces modes vous permettrons d’aborder la vraie photographie : celle ou l’on maîtrise, celle ou l’on fait des choix.

Comment apprendre à utiliser les modes semi automatique et manuel de mon appareil?

Le cours que vous venez de suivre sur l’apprentissage de l’exposition est la première partie de la session de cours complète sur l’utilisation des modes A, S, et du fameux mode manuel :

#1 Objectif mode manuel : la technique photo indispensable

Maintenant que vous maîtrisez l’exposition, nous ne saurions que trop peu vous conseiller de poursuivre votre démarche!

Prêt à faire de la vraie photographie?

 

Test gratuit : maîtrisez vous l’exposition photo?

Vous voici au terme du module d’apprentissage de l’exposition photo. Ce test vous permettra :

  • de réviser les différentes connaissances assimilées au cours de ce module
  • de vérifier votre bonne compréhension des notions acquises, nécessaires à la suite de la session sur le technique photo

Comment ça marche?

  • 10 questions à choix multiples
  • 1 bonne réponse par question
  • 5 minutes pour terminer le tests (environ 30 secondes par question)
  • 8 bonnes réponses minimum attendues pour valider votre module

Vous avez raté votre première tentative? Pas de soucis. Nous vous conseillons :

  • de re-parcourir le cours théorique du module
  • de ré-effectuer les exercices de mise en pratique
  • d’attendre le lendemain pour effectuer une nouvelle tentative de ce test
  • de venir échanger sur  forum de discussions si vous ne comprenez certaines questions, ou réponses, du test

C’est parti?

Partagez cet article pour nous donner petit coup de pouce... 🙂Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Laisser un commentaire

*